L'écorce de melon d'eau marinée pour la grand maman Armele

8/31/2007

Accueil >> Stérilisation à l'eau bouillante >> Marinades

L'écorce de pastèque marinée pour la grand maman Armele

Pour les gens qui ne parlent pas le Québécois, les melons d'eau, c'est des pastèques.

Je crois que cette recette est née aux États-Unis, durant "la grande dépression". À l'époque, même les poubelles avaient faim. Malheureux qu'on en ait pas tiré de leçon... enfin bref. Je l'ai essayé l'an passé et je suis étonnamment surpris du résultat. Ça donne des rectangles d'un doré rosé à saveur aigre douce relevé d'un léger ton d'épices. Cette recette fera environ 3 litres de produit fini.

Il y a quelques semaines, j'en ai apporté à une épluchette de blé d'inde. Des gens que je voyais presque tous pour la première fois. Il y avait une grand-maman parmi les invités. Quand la grand-maman a vu ce condiment sur le plateau, elle a figée un instant, puis en mis quelques morceaux dans son assiette. Une fois bien assise sur sa chaise à l'ombre, dans le jardin, elle y a goûtée. Ses yeux semblait voir à travers la palissade des choses qui semblaient être à des kilomètres de distance. J'ai deviné que ce condiment l'a plongée dans ses souvenirs. Plus tard elle est venue me voir.

- Bonjour monsieur
- Bonjour madame, moi je suis Vincent.
- C'est vous monsieur Vincent qui avez apporté les condiments ?
- Oui c'est des marinades que j'ai fait. Vous pouvez m'appeler Vincent si vous le voulez.
- Alors tu peux m'appeler Armele, Vincent. Ça faisait longtemps que j'avais pas mangé d'écorces de melon d'eau. C'est vraiment toi qui les a fait ?
- Oui c'était la première fois que j'en faisais l'an passé. J'aime ça faire des conserves.
- Ma grand-mère en faisait aussi quand j'étais petite. Ça m'a rappelé de bons souvenirs. Moi-même je m'en souvenais plus de ça, avant de revoir les tiennes dans le plateau.

J'ai passé une bonne partie de la fête à écouter la grand maman Armele, qui me racontais ses trésors. Elle m'a offerte ce petit voyage dans ses souvenirs, en toute confiance et en toute simplicité. Elle a partagé quelques moments de sa vie, avec un inconnu qui avait simplement apporté des écorces de melon d'eau marinées. J'avais une boule d'émotions dans la gorge en écoutant son vécu d'une autre époque, presque d'un autre monde. Grand-maman Armele a beaucoup de courage et beaucoup de sagesse.

Je lui ai promis d'en faire de la moins épicée, et d'ajouter du citron, comme sa grand-mère la faisait.

Grand-maman Armele m'a promise de prier pour moi... pour que je fasse 'ressusciter' d'autres recettes comme celle des écorces de melon d'eau.

Franchement, j'ai aucun mérite, ça fait plus de 20 ans que je vois une recette comparable dans le Guide Bernardin, mais sans l'avoir essayé avant. Je suis content de l'avoir fait, sinon je n'aurais jamais si bien rencontré grand-maman Armele. Dans ses souvenirs, c'était la recette de sa grand-mère, alors je ne lui ai rien dit. D'ailleurs, qu'est-ce qui me prouve que cette recette n'est pas celle de la grand-maman de grand-maman Armele ? À 45 ans, je suis beaucoup trop jeune pour ajouter quoi que ce soit à ses souvenirs, sauf, si elle se souvient du moment qu'elle a passée en ma compagnie.

Alors voici cette recette pour grand-maman Armele et tous les curieux qui voudront l'essayer. Armele aura ses bocaux quand ils seront prêts dans deux semaines. Elle me dira si c'est mieux.

Ingrédients :
  • 4 litres de rectangles d'écorce de melon d'eau préparés comme esspliqué ci-bien-bas
  • 1 tasse (260 g) de sel à marinades
  • eau
  • 6 tasses de sucre
  • 4 tasses de vinaigre blanc (5 % d'acide acétique)
  • 1 gros citron (j'en avais pas mis)
  • 3 bâtons de cannelle (j'en avais mis 4, et une c. à thé de clous de girofle)
Procédure :

À votre prochaine fête du jardin, débrouillez-vous pour garder jalousement vos écorces de melon d'eau, bien à l'abri des petits ongles crottés de la marmaille, et des mégots de contrebande du gros mononc toton. :)

Un truc simple est d'en servir la chair en boules ou encore en morceaux sur des brochettes avec d'autres morceaux de fruits. Si vous y mettez des pommes ou des poires, l'acide ascorbique va aider pour conserver leur apparence pendant quelques heures.

Une fois débarrassé de la pulpe si commune, nous pourrons enfin concentrer nos efforts sur l'écorce désormais si précieuse. ;)

Taillez l'écorce en lanières de deux pouces (5 cm) de large en laissant tout juste une légère couche de rose. Avec un économe, pelez l'écorce extérieure en laissant tout juste une légère couche d'écorce teintée de vert.

Coupez l'écorce en bouts de 1 pouce (2,5 cm) de large et mesurez-en 4 litres.

Bien rincer les morceaux, les égoutter soigneusement et les placer dans un grand saladier non métallique.

Dissoudre le sel dans 2 litres d'eau froide et en couvrir les morceaux.

Placer une assiette en surface afin d'immerger les morceaux en saumure, couvrir d'un film alimentaire et réfrigérer pour 12 heures.

Le lendemain, porter environ deux litres d'eau à ébullition dans une petite casserole.

Bien drainer les morceaux de la saumure, rincer deux fois et bien égoutter.

Quand l'eau bout, verser les morceaux d'écorce dans la casserole et cuire environ 7 ou 8 minutes. Drainer de nouveau rincer et laisser égoutter.

Dans une casserole en inox à font épais, porter le vinaigre à ébullition avec le sucre en remuant pour bien le dissoudre.

Bien brosser le citron sous l'eau et le couper en fines rondelles.

Concasser les bâtons de cannelle et les placer dans un nouet de double étamine, avec les tranches de citron.

Placer doucement le nouet dans le sirop bouillant et laisser réduire pour 5 minutes.

Verser les morceaux d'écorce dans le sirop bouillant à la louche, question d'éviter les éclaboussures.

Baisser le feu au minimum et laisser mijoter tout doux en remuant de temps à autres, jusqu'à ce que les morceaux deviennent translucides, ce qui pourrait prendre environ une heure.

Retirer le nouet d'épices, et le comprimer au dessus du produit pour en exprimer le sirop.

À l'aide d'une cuiller ajourée, empoter les solides en tassant légèrement en laissant 3/4 de pouce (2 cm) d'espace sous le goulot.

Couvrir de sirop en laissant 1/2 pouce (1 cm) d'espace sous le goulot.

Suivre ces instructions pour la mise en conserve domestique.

Durée de stérilisation de l'écorce de melon d'eau marinée à l'eau bouillante
  • Stériliser 15 minutes pour les bocaux de 250 ml
  • Stériliser 20 minutes pour les bocaux de 500 ml
  • Stériliser 25 minutes pour les bocaux de 1 litre
Laissez bonifier pour un mois avant de servir.

Servir sur un plateau entouré de grand-mamans.

Accueil >> Stérilisation à l'eau bouillante >> Marinades

14 commentaires

Bergamote a dit...

Ma grand-maman, la mienne à moi, je lui réclame toujours des gaufres. Elle ne me raconte pas vraiment ses souvenirs, mais je pourrai raconter les miens à mes petits-enfants.
Mon autre grand-maman, sa spécialité, c'est les beignets de carnaval. Hmmm !
Merci pour ce joli billet, je m'y croyais.

31/8/07 12:20

Tu as déjà fait des gaufres pour ta grand-maman ?

Peut être te raconterait elle ses souvenirs ?

:)

31/8/07 12:23
Le Carrefour a dit...

C'est tellement touchant ta petite histoire... Ça me rappelles ma mamie à moi (mon arrière-grand-mère) qui me racontait de si riches histoires lorsque je lui apportais le repas ou allais passer la soirée avec elle... Elle était tellement passionnante et passionnée, je pouvais passer des heures à l'écouter. Elle nous a quitté le lendemain de mes 18 ans et me manque terriblement depuis, mais je me sens tellement privilégiée d'avoir pu au moins la connaître un peu.

31/8/07 21:06

Probablement qu'elle t'a transmise une partie de l'être exceptionnel que tu es.

Gardes-en de bons souvenirs.

1/9/07 00:15
Tarzile a dit...

J'ai beaucoup amé ton billet Vincent. J'ai envie d'en faire. Ma Camille adore les melons d'eau.

3/9/07 08:59
Bergamote a dit...

Tadaaam !
http://bergablogue.blogspot.com/2007/09/ma-confiture-de-pommes.html

Je ne crois pas avoir jamais fait de gaufres pour ma grand-mère : elle fait les meilleures gaufres du monde, au pif ! ;-)
Ensemble, nous faisons des gratins dauphinois (au pif, évidemment), j'adore. Et puis on joue au scrabble à minuit.

3/9/07 15:40

Bonjour ma belle Tarzile,

J'ai été ému par cette expérience.

Tu as idée de ce que c'était de laver la lessive de 12 personne en plein hiver, sans laveuse, ni sécheuse ?

Tu as idée de ce que c'était de cuisiner pour le même nombre sur un petit poêle à charbon à un seul rond dans le milieu du passage d'un petit 4 1/2 sans salle de bains ?

De pas pouvoir aller à l'école parce qu'on a pas souliers ?

Elle m'a tout déballé ça et bien plus...

4/9/07 06:30
ZolaSoleil a dit...

Bonjour Vincent,
merci pour ce beau récit. J'aimerais voir une photo de ces écorces de melon d'eau...j'avoue que même en lisant la technique, j'ai du mal à visualiser ces marinandes. Tu en as une sous la main?
Merci!

4/9/07 20:44
Miss Diane a dit...

Tu excites vraiment ma curiosité. J'ai déjà vu, sur un autre blogue, des écorces de melon ceux que nous appelons chez nous des cantaloups) confites... pas mal non plus!

4/9/07 23:06

Bonjour ZolaSoleil,

Je n'ai pas le temps de répondre aux questions figurant déjà dans les FAQ.

Bonjour Miss Diane,

Avec des cantaloups ? tiens tiens...

Dis, il fera beau dimanche hein ?

5/9/07 09:09
tournesol a dit...

Que de beaux souvenirs... j'ai comme une boule dans la gorge en te lisant. C'est vraiment émouvant.

Pour en revenir au melon d'eau, je ne savais pas que l'on pouvait le mariner. Mais, j'ai une confidence à te faire.... moi, je mange souvent l'écorce toute crue. C'est vraiment bon. Lorsque les melons sont très jeunes et tendres, l'écorce est très goûteuse, même plus que la chair.

C'est vraiment un plaisir de venir te lire, même si je laisse pas souvent des commentaires, j'apprécie beaucoup ta disponibilité, ton humour et tes connaissances.

au plaisir

30/10/07 09:54

Kikou Tournesol

Bienvenue ici.

Désolé du long délai.

Je n'avais plus le loisir de venir sur le blog depuis un mois.

Merci pour ton commentaire. Je fais ce que je peux.

:)

7/12/07 08:17
sarahlaplume a dit...

«Ses yeux semblaient voir à travers la palissades des choses (...)» Wow Vincent! C'est une observation d'écrivain ça.

Mon adoré grand-père (fermier l'été, bûcheron l'hiver) a connu la Grande Dépression et m'en a abondamment parlé. Or évidemment toujours d'un point de vue rural. L'historienne québécoise Denyse Baillargeon, a publié Ménagères au temps de la Crise aux Éditions du remue-ménage en 1993. C'est sa thèse de doc (mais ça se lit comme un charme), elle a colligé 30 entrevues de survivantes de la Crise, dans une perspective urbaine des quartiers ouvriers de Montréal. Ces témoignages sur leur quotidien est tout simplement fascinant, pour qui s'intéresse à ces questions.

À la lecture, j'ai été étonnée de constater qu'en milieu urbain, très peu de femmes confectionnaient leurs pains ou leurs conserves, c'est qu'elles ne pouvaient acheter en grande quantité.

Sincèrement, je suis touchée de l'imagination de celle qui la première a «canné» de l'écorce de melon d'eau.

sarahlaplume

20/9/08 11:38

Bonjour sarahlaplume,

Comme bien des gens à l'époque, grand-maman Armele à vécu à la campagne, mais ont perdu la ferme. Ils ont dus migrer en ville. Les conditions de vie y étaient misérables. C'était une bécosse à ciel ouvert infestée de rats.

Un autre revers de fortune les a évincés de leur petit logement insalubre et ils se retrouvés à vivre dans une tente, en plein hiver. Un parc municipal avait été transformé en camp de réfugiés ou les religieux servaient de la soupe, du gruau et du pain... de la soupe, du gruau et du pain...
de la soupe, du gruau et du pain.

Heureusement, quelqu'un avait encore un gramophone pour leur garder une petite flamme au fond du coeur.

Il ne faut pas s'étonner que des gens qui ont vécus ça toute leur enfance et leur jeunesse pensent différemment.

21/9/08 09:36

Publier un commentaire

Vérifiez bien les FAQ et utilisez le moteur de recherche (en haut à gauche) avant de poser une question SVP. Les question figurant déjà dans les FAQ ne seront pas publiées.